Différentes études

Les Fours à Micro-Ondes: Progrès ou Danger ???

 

Les Risques Différentes études Ondes et justice
Le Fonctionnement
La Cuisson
Les Risques
Conclusion
Références
Auteurs

Différentes études scientifiques

 

Première étude : "exposition d'acides aminés du lait à des micro-ondes"

Cette étude a utilisé trois sortes de lait différent, qui ont été chauffés dans un four à micro-ondes ordinaire à une température de80 °C.

Les résultats ont été les suivants (et ne sont pas observés après une cuisson normale, au bain-marie par exemple):

·         transformation de l'acide aminé hydroxyproline trans en cis-3 ou cis-4

·        transformation de l'acide aminé L-proline en D-proline par une inversion de la polarité de cet acide aminé

La conversion de la forme trans en cis peut être considérée comme hasardeuse, car quand des acides aminés de forme cis sont incorporés dans des peptides et des protéines à la place de ceux de forme transcela peut amener à des changements structurels, fonctionnels et immunologiques.

Le fait que l'acide aminé L-proline ait été converti en D-proline, doit être pris en compte.
La D-proline est NEUROTOXIQUE, et il a été constaté des effets NEPHROTOXIQUES (agissant sur les reins) et HEPATOTOXIQUES (agissant sur le foie) 

 

 

 

Seconde étude : "fours à micro-ondes: danger pour la santé"
 

Hans Hertel est diplômé en sciences techniques de l'École polytechnique fédérale de Zurich et est l'auteur d'une thèse soutenue à l'Institut des sciences vétérinaires de Zurich. Retraité, il réside à Wattenwil (canton de Berne) et il poursuit à titre privé des recherches dans un laboratoire qu'il a installé pour son propre compte. Il a été le premier savant à imaginer et à mener à bien une étude qualitative sur les effets que peuvent avoir, sur le sang et la physiologie humaine, les aliments passés par le four à micro-ondes. Cette étude, brève mais bien menée, montrait fermement du doigt le pouvoir de dégénérescence des fours à micro-ondes et de la nourriture y étant préparée. Elle comptait huit participants dont, avec Hans Ulrich Hertel, Bernard H. Blanc, professeur à l'université de Lausanne et conseiller technique à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, et l'institut universitaire de biochimie. En effet, Hertel n'a pas seulement conçu et mené à bien cette étude, mais fut l'un des « huit cobayes humains » volontaires à cette étude en 1989. Cette étude consistait à soumettre pendant deux mois une série de volontaires à un régime strict, fait d'aliments préparés de manière traditionnelle pour une part, cuits sous micro-ondes pour l'autre part. Il s'agissait  de lait et de légumes (carottes et fenouils). Une seule des huit variantes était administrée par jour. Les variantes consistaient en :

1.       du lait cru en provenance d'un agrobiologiste

2.       le même lait cuit de manière traditionnelle

3.       du lait pasteurisé provenant d'Intermilch à Berne

4.       le lait agrobiologique cuit sous micro-ondes

5.       un légume cru de culture biologique

6.       le même légume cuit de manière traditionnelle

7.       le même légume congelé puis décongelé sous micro-ondes

8.       le même légume cuit sous micro-ondes

Les volontaires étaient soumis à des prises de sang quotidiennes, qui intervenaient: la première à jeun tôt le matin, la deuxième quinze minutes après la première nourriture et la troisième deux heures plus tard. L'analyse portait sur dix facteurs de la formule sanguine, considérés comme déterminants dans l'appréciation de l'état de santé.

Résultats
les aliments traités sous micro-ondes ont provoqué dans le sang des volontaires des modifications significatives :

·         diminution des valeurs hémoglobiniques (Hémoglobine : pigment rouge vif qui donne la couleur au sang artériel et qui est contenu dans les globules rouges. Elle est destinée à véhiculer l'oxygène (O2) des poumons vers les tissus et le gaz carbonique (CO2) des tissus vers les poumons. L'hémoglobine (Hb) contient du fer. Signification d'une baisse : la baisse de l'hémoglobine peut être secondaire à une hémolyse (destructions des globules rouges), au cancer, ainsi qu'à un syndrome inflammatoire).Une telle baisse est similaire à l'apparition d'une anémie (et d'une fatigue).

·         diminution de l'hématocrite (Hématocrite : volume total des globules rouges par rapport au reste du sang)

·         augmentation des leucocytes (Leucocytes (ou globules blancs) : ils interviennent dans les mécanismes de l'inflammation, de l'immunité et de la défense de l'organisme contre les agressions microbiennes;  une augmentation est liée à une infection bactérienne ou à une leucémie)

·         augmentation du bon cholestérol (HDL) (transporteur de molécules), mais aussi du mauvais (LDL)

·         En ce qui concerne les lymphocytes (Lymphocytes : type de globules blancs, de petite taille, à un seul noyau, produits par les tissus lymphatiques et spécialisés dans la défense immunitaire de l'organisme), la diminution est plus rapide et plus marquée lorsque l'aliment est un légume préparé sous micro-ondes qu'avec les autres variantes. Sa baisse dégrade donc l'efficacité de l'immunité.

En conclusion « La cuisson par micro-ondes modifie les substances nutritives de telle sorte que les changements se produisent également dans le sang des participants à l'étude ».  Ce rapport de recherche datant du mois de juin 1991 « Etude comparative de l'influence pour l »homme d'aliments préparés de manière conventionnelle et au four à micro-ondes ajoutait que de telles modifications de la formule sanguine semblent indiquer le stade initial d'un processus pathologique tel qu'il se présente dans une phase précancéreuse. L'expérience n'ayant porté que sur deux mois, on peut légitimement s'interroger sur les effets à plus long terme.

Effets à long terme
 La nourriture irradiée par les micro-ondes capturerait-elle le rayonnement pour le transférer dans l'organisme qu'elle est censée alimenter ?

Pour répondre à cette question cruciale, les chercheurs ont appliqué une méthode connue de bioluminescence des bactéries (méthode du Dr. Lang de Zurich) qui permet de mesurer le degré de stimulation ou d'inhibition des bactéries dans le sang. Nous n'entrerons pas dans les détails du fonctionnement de cette méthode complexe mais en exposons en revanche les résultats.
 
Ces derniers montrent clairement que les aliments irradiés irradient à leur tour et que cette influence prolongée sur le sang doit être prise au sérieux  car il s'agit alors d'une irradiation directe dont on ne connaît que trop les conséquences dont, entre autres:

1.       Apparition de dispositions à l'anémie

2.       Transit différencié des aliments

3.       Agressivité du lait cuit sous micro-ondes

4.       Rhumatismes, fièvres et insuffisance hypophysaire

5.       Augmentation des leucocytes, signe d'une action pathogène sur l'organisme

6.       Diminution des lymphocytes, signe d'une agression extérieure

7.       Augmentation du cholestérol HDL et LDL, signe de stress

8.       Formation de cholestérol à partir d'aliments qui ne contiennent pratiquement aucun cholestérol (rayonnements artificiels et poisons, tels que des antigènes)

9.       Fuite du fer

10.   Troubles pathogènes avérés, possibilité de début d'une évolution cancéreuse

11.   Micro-ondes en ballade dans le sang, révélés par bioluminescence

  De plus, les micro-ondes réagissent avec les produits chimiques de conservation, de stérilisation alimentaire. Or, grand nombre de nos aliments, comme la salade sous vide, les légumes passent dans des chambres d'irradiation au cobalt, destinées à éliminer les parasites et les bactéries. On retrouve dans ces chambres au cobalt des radicaux libres (à la base des risques d'apparition de tumeurs cancéreuses). Par conséquent, il se produit une accumulation d'ondes dans l'aliment qui sera ensuite avalé. De plus quand nous enfournons notre plat à réchauffer chaque jour dans notre micro-ondes, nous nous concoctons notre ration d'organismes électroniquement modifiés et de radicaux libres.

     Cette dernière étude a tellement inquiété les fabricants de micro-ondes qu'elle  s'est même fait connaître par la justice Suisse...

© Copyright Lartizien Elise,Top Maxime, Deschamps Sébastien